Re: Trébuchet

Précisions et recherches

Modérateur : Andrieu Dervenn

Avatar de l’utilisateur
Andrieu Dervenn
Utilisateur en chef
Utilisateur en chef
Messages : 1436
Inscription : 01 déc. 2005 18:17
Localisation : Rebecq
Contact :

Re: Trébuchet

Message non lupar Andrieu Dervenn » 16 oct. 2011 15:01

Beaucoup de gens se trompe sur ces fameuses machines de guerre du moyen-âge!
On peut distinguer 6 machines différentes qui ont des fonctions, portée et projectiles tout a fait différents : la catapulte, la pierriere, le mangonau, la bricole, le trebuchet et le couillard.

La catapulte
C'est une sorte de cuillère en bois attachée comme un arc sous sa perche et qui vient buter contre une autre pièce quand la perche est verticale. Cette machine est tout sauf médiévale!!! La trace la plus récente de son utilisation date du IVe siècle après JC. C'est une des grosses erreur du Violet leduc! Pourquoi? Car il a fait ses recherches au IXXe siècles en se basant sur des croquis laissés par quelques inventeurs, ingénieur du moyen-âge qui eu même copiaient des croquis datant du monde romain.
Ces machines se fragilisaient vite a cause du choc que la perche donnait en frappant sur la structure centrale. Par contre, on peut penser qu'elle devaient etre très efficaces pour lancer des projectiles enflammés (regarder la premiere bataille dans le film "gladiator")

la prierrière
Utilisée jusqu'au XVe siècle, elle a une portée de 40 à 80 m. Lance des boulet de 3 à 12kgtoutes les minutes. ±15 servants de pièce
C'est une fronde et non une cuillère comme sur les catapulte. Elle a une butée comme la catapulte qui déclenche l'ouverture de la fronde. Elle est tirée par plusieurs cordes dans les mains des servants de pièce. L'énergie est donc humaine. Dans une fronde il est impossible de lancer un projectile enflammé, et ceci est vrai pour les 4 machines ci-après aussi! Par contre on va envoyer des recipiant contenant du liquide inflammable et même du feu grégeois (sorte de napalm qui s'enflamme encore plus si on l’arrose d'eau). Une fois le recipiant arrivé a destination on fait tirer les archers avec des flèches enflammées pour enflammer le recipiant qui s'est rependu sur l’ennemi.

le mangonaux
Utilisée du XIIe jusqu'au XVe siècle, il a une portée de 160 m. Lance des boulet de 100kg toutes les 30 minutes. ±12 servants de pièce
Plus malin que la pierrière, il n'y a plus de butée pour dégager la fronde. Un calcul de géométrie précis de la clavette ouvre la fronde au bon moment. Il diffère du trébuchet par son contre poids fixe. La terre et les pierre posées dans le contrepoids avaient tendance a bouger pendant le tir ce qui donnait des vibrations incontrôlées et nuisait a la précision du tir.

La bricole
Utilisée du XIIe jusqu'au XVe siècle, elle a une portée de 80 m. Lance des boulet de 10 à 30kg toutes les minutes. ±8 servants de pièce
C'est plus une petite machine de défense qu'une machine de siège. Selon les époques ils sont a contrepoids mobiles ou fixe. Ils sont placé sur les tour a l’intérieur de la forteresse. Elle n'est pas efficace contre des bâtiments mais sa cadence de tir l'est contre l’infanterie ou une charge de cavalerie. Une bricole peut atteindre sa cible a plus de 140 km/heure. ai05 T'as beau être matinal, ça fait mal.

le trébuchet
Utilisée du XIIe jusqu'au XVIe siècle, il a une portée de 220 m. Lance des boulet de 150kg toutes les heures. Plus de 100 servants de pièce!!!
Son nom vient de l’occitan "trebuca", qui apporte des ennuis et par dérision, le trébuchet, nom donné a la balance de précision des orfèvres. Il nous reste le verbe "trébucher", tomber, faire tomber. Il a un contrepoids mobile. Ce contrepoids est donc toujours dans la même position verticale. Cela lui donne précision de tir et longévité. De plus sa résistance avec peu de choc lui permet de prendre des mesure gigantesques. Les plus grand connu atteigne les 16 metres de haut.

le couillard
Utilisée du XIVe jusqu'au XVIe siècle, il a une portée de 180 m. Lance des boulet de 30 à 80kg toutes les 5 minutes. ±10 servants de pièce
C'est la perfection final du trebuchet. Il a le contre poids mobile et donc toujours verticale mais aussi les charge sont divisées par deux donc plus facilement maniable. De plus il n'a qu'un axe centrale avec ses deux "c*****e" de chaque coté du mat central donc moins de bois et de travail pour le construire. Moins puissant que le trebuchet, il le surpasse en efficacité par le peu de servant qu'il requière et sa cadence de tir.
Avatar de l’utilisateur
Mordrak
Utilisateur en chef
Utilisateur en chef
Messages : 396
Inscription : 14 août 2011 14:44
Localisation : Tubize
Contact :

Re: Trébuchet

Message non lupar Mordrak » 17 oct. 2011 08:52

Au risque de passer pour un inculte, mais tant pis: tu parle de servants de pièce, mais c'est quoi un servant de pièce? un gars qui manipule le gros lance pierre?
Si tu veux croire en quelque chose, commence par croire en toi...
Avatar de l’utilisateur
Andrieu Dervenn
Utilisateur en chef
Utilisateur en chef
Messages : 1436
Inscription : 01 déc. 2005 18:17
Localisation : Rebecq
Contact :

Re: Trébuchet

Message non lupar Andrieu Dervenn » 17 oct. 2011 09:42

Les servants de pièces regroupent tous les gens nécessaires au fonctionnement de l'engin. La plus grosse partie d'entre eux servent à armer la pièce. Un trébuchet peut avoir un contrepoids de plus de 5 tonnes avec une perche de 11 mètres. Donc, à la force des bras, il faut soulever 5 tonnes à plusieurs mètres de hauteur. Si tu considères qu'un homme lève 50 kg, il faut pas moins de 100 hommes pour 5000kg...cqfd. Mais il y a aussi ceux qui placent le boulet qui peut atteindre 150kg dans la fronde plus, j'imagine, des "chefs" pour coordonner tout ça. Il y a encore des ingénieurs, forgerons, tailleurs de pierre et charpentiers mais ceux là sont encore à rajouter à ces chiffres, je ne les ai pas compté dedans.
Avatar de l’utilisateur
Mariotte
Utilisateur en chef
Utilisateur en chef
Messages : 668
Inscription : 04 déc. 2005 20:32
Localisation : ottignies
Contact :

Re: Grand trébuchet

Message non lupar Mariotte » 19 févr. 2012 11:59

lors d'un siège, les trébuchets étaient construits sur place avec des matériaux locaux. Ils étaient détruits ensuite après utilisation. Il est possible que les trébuchets soient amenés sur le siège, mais alors il est en pièces détachées et remontés. Ce type de construction nécessite la présence d'un ingénieur spécialisé en charpente, et ensuite véritablement spécialisé dans la construction de machine de guerre.

Certains sièges ont été assez impressionnant par la logistique amenée afin d'utiliser ce type de machine. Le siège de Montségur, entre 1243 et 1244, en est un bel exemple. Le site fortifié est installé sur un promontoire rocheux très pentu/ Les armées de Philippe Auguste ont dut acheminés, pièces par pièces, les machines de sièges, sur une terrasse, à une hauteur d'environ 80 m.
HALT SUNT LI PUI!!! AOI
Bohemond

Re: Trébuchet

Message non lupar Bohemond » 12 sept. 2012 19:30

Question qui peut sembler débile , mais en feuilletant dans un livre à braine-le-chateau , j ai vu un trébuchet sur roue , est-ce histo ? en tout cas j'ai de sérieux doutes la dessus ai02
Avatar de l’utilisateur
Andrieu Dervenn
Utilisateur en chef
Utilisateur en chef
Messages : 1436
Inscription : 01 déc. 2005 18:17
Localisation : Rebecq
Contact :

Re: Trébuchet

Message non lupar Andrieu Dervenn » 13 sept. 2012 09:05

et pourtant si! il ya deux trebuchet, celui a balancier comme le notre qui est le plus tardif. Et celui a contrepoids fixe qui devait etre sur roue pour compenser l'inertie du balancier.

Revenir vers « Machines de guerre »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité