Anecdotes :)

Infos, sources, patrons, précisions...

Modérateur : Andrieu Dervenn

Avatar de l’utilisateur
Dagi
Administrateur
Administrateur
Messages : 750
Inscription : 29 nov. 2005 13:24
Localisation : Rebecq

Anecdotes :)

Message non lupar Dagi » 08 juin 2014 13:48

Les habits obligatoires, période féodale (XIIIs et XIVs)

Pendant la période féodale sont apparus les lois sur des habits obligatoires, conçues par les principautés et administrations de villes, pour la multitude des marchands et artisans, d’origines Juives, Maures ou Sarrasines.
Ces ordonnances étaient dictées par l’antagonisme à l’égard de la richesse et succès croissants des riches financiers juifs, qui étaient, surtout dans le sud de la France, une grande concurrence dans le commerce.
Les examples de ces ordonnances ont été trouvés pendant les croisades, dans les lois écrites par Calife Omar en 634, traitant des habits spécifiques pour les chrétiens et Juifs.
Les premieres obligations de se démarquer de la population par port d’habits avec les signes de couleur n’ont pas été trop strictement respectées. C’est seulement à partir de 1215, que les signes distinctifs sont entrés en vigueur.
En 1229, au sud de la France, les Juifs avaient l’obligation de porter un signe, appelé “rota” - un rond de feutre jaune, de 7-8cm de diamètre, qu’il fallait acheter auprès des autorités municipales et coudre sur le devant et l’arrière des vêtements.
En Espagne et au Portugal, cette obligation était strictement respectée, en Italie en revanche, la loi est entrée en vigueur seulement au XVs., de plus, on a beaucoup réduit les dimensions du cercle.
Hormis les ronds jaunes, les Juifs devaient porter les hauts chapeaux jaunes.
Les Sarrasins espagnols et habitant Sicile avaient l’obligation de porter sur leur vêtements les signes jaunes; en France, au XIIIs., ils devaient coudre sur leur manteaux une bande de tissu rouge, large de trois doigts.
Pour les hérétiques, les Synodes des diocèses du sud de la France ont établi l’obligation de port des petites croix, découpées dans du tissu coloré. Ces signes étaient cousus sur le devant et l’arrière du vêtement, chaque dans une couleur différente. Plus tard, cette loi a changé et, jusqu’au XVs., la Sainte Inquisition exigeait le port de deux croix latines jaunes, devant et à l’arrière du vêtement.
Les condamnés par l’Inquisition pour magie noire ou l'hérésie de l'anabaptisme portaient les signes en feutre jaune - le plus souvent cercles, mais aussi des autres symboles.
Les suspects d’hérésie et libérés temporairement devaient coudre sur leurs habits le symbole de marteau, découpé dans du tissu jaune.
Les autorités municipales prêtaient singulièrement beaucoup d’attention aux habits des putains des villes. Répétées chaque quelques années ordonnances, en général sans beaucoup d’intérêt, comportaient les interdictions de porter des riches fourrures d’hermine ou de loir, ou des tissus brodés au fil d’or - recommandaient en revanche de coudre les signes distinctifs en forme de bandes de couleur sur les manteaux; porter les chapeaux ou voiles de forme et couleur bien distinctifs. Les putains, de leur coté, essayaient, dans leurs habits, d’imiter, ou même surpasser, les grandes dames…
Vous ne pouvez pas consulter les fichiers insérés à ce message.
SIT VIS VOBISCUM
Cave Leo ne veut pas dire Lion des Cavernes...
"Oh, you can't help that," said the Cat: "we're all mad here. I'm mad. You're mad."

Revenir vers « Costumes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité