1302!...les faits réels, histoire de clouer un flamingant

Anecdotes, explications, cours du mercredi...

Modérateur : Andrieu Dervenn

Avatar de l’utilisateur
Andrieu Dervenn
Utilisateur en chef
Utilisateur en chef
Messages : 1437
Inscription : 01 déc. 2005 18:17
Localisation : Rebecq
Contact :

1302!...les faits réels, histoire de clouer un flamingant

Message non lupar Andrieu Dervenn » 22 juil. 2008 15:23

Vous apprendrez que le 11 juillet est la fête "nationale" (pas "régionale" ... !!!) de Moeder Vlaanderen et qu'elle commémore une très grande victoire des Flamands à la "bataille des éperons d'or" à Courtrai.

Belle et glorieuse victoire en vérité !

Elle a été précédée par les "matines" de Bruges le 18 mai 1302, lors de laquelle les Brugeois massacrèrent 200 Français dans leur lit pendant la nuit. Philippe le Bel envoya le comte Robert d'Artois pour mater la rébellion. Robert d'Artois a lancé trop tôt sa cavalerie à l'attaque mais la charge fut cassée par un petit ru derrière lequel s'abritaient les ... Flamands ? Même pas ! quelques nobles brugeois (francophones ! mais opposés au roi de France) et des soldats en majorité hollandais commandés par Guy de Namur (de Namur comme son nom l'indique) et Guy de Dampierre (Français, comte de Flandre (française !) et opposé au roi de France). La bataille s'acheva sur un désastre sans nom. Robert d'Artois lui-même fut tué.

Quant a la poursuite des chevaliers français en déroute par des paysans flamands leur demandant de parler flamand pour vérifier leur accent pour leur écraser la figure a coup de "goedendag"(bonjour en flamand)...d'abord, on dit un godendac (qui est un nom totalement français) qui est en fait une longue pique se terminant par un fer coincé dans un empâtement de la hampe et qui n'a rien a voir avec un fléau d'arme qui plus est, n'est pas une arme que peut se permettre de porter un paysan mais un noble seigneur!

Philippe le Bel obtiendra une revanche deux ans plus tard à la bataille de Mons-en-Pévèle où il combattra lui-même vaillamment en première ligne et sans armure. Les Français récupérèrent illico les fameux éperons d'or et les transférèrent dans une église à Dijon. Le 23 juin 1305, une paix de compromis signée à Athis permettra au roi de France d'annexer Lille, Douai et Béthune. La France aura alors atteint la frontière qui sera la sienne 700 ans plus tard en dépit de nombreuses guerres. Dans les clauses du traité d'Athis qui conclut le conflit de Flandre, les Brugeois ne sont pas oubliés.

"Le devant dit notre sire le roi pourra punir trois mille personnes de la ville de Bruges et du terroir d'icelle, celles qui lui sembleront les plus coupables des faits passés, c'est à savoir par voyages et pèlerinages : mille outre-mer s'il lui plaît, et deux mille où il lui plaira mieux en deçà de la mer, et tant comme il lui plaira".

Il faut savoir que la ville de Bruges compte alors trente mille habitants. Obliger le dixième de la population à des pèlerinages en terre lointaine revient à ruiner la ville. Les Flamands dénoncent un "traité de misère". En définitive, lorsque le traité sera enfin appliqué en 1307, la peine des pèlerinages sera commuée en une amende de 300.000 livres.

Et c'est cette glorieuse bataille du 11 juillet 1302 qui est choisie par les Flamands comme le symbole victorieux de MoederVlaanderen !!!

Revenir vers « Histoire »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité