Romans médiévaux

Infos et remarques sur les livres intéressantes

Modérateur : Andrieu Dervenn

Avatar de l’utilisateur
Ogier de Banterlez
Utilisateur moyen
Utilisateur moyen
Messages : 73
Inscription : 07 oct. 2010 14:14

Romans médiévaux

Message non lupar Ogier de Banterlez » 05 déc. 2010 00:06

Oyé, oyé!
A tous ceux qui adorent bouquinner med. Je vous propose un cycle qui se déroule à l'époque des Cathares.
Le premier opus est en quatre volumes et une autre série suit (le premier tome est déjà sorti).
Il sagit de "La malédiction des Trencavel" de Bernard Mahoux édité chez Pocket
A consommer sans modération. Miam miam !

Ogier
Le Templier

Re: Romans médiévaux

Message non lupar Le Templier » 13 janv. 2011 15:31

Pierre Naudin a commencé un nouveau cycle :
Cycle de Richard de Clairbois, Tome 1 : La Vierge à l'épée ; tome 2 : Les Glaives irrités ; tome 3 : L'incroyable rencontre .

Résumé de la série :
Après le désastre d'Azincourt, Gui Ier de Clairbois, rescapé du massacre, a repris l'existence agreste qu'il avait délaissée dans sa jeunesse pour devenir chevalier. En ce début d'année 1429, il emmène à Tours son fils Richard - qui ambitionne lui aussi de " gagner ses éperons " - avec la secrète intention d'obtenir d'un armurier renommé, Colas de Montbazon, qu'il forge un habit de fer pour son successeur. Colas fut son beau-frère lorsqu'il était l'époux d'Héloïse, morte en couches après avoir donné le jour à Gui II. Plus âgé que Richard, ce fils singulier a naguère fui Clairbois. Il a passé sa jeunesse dans un monastère espagnol, d'où il est sorti sous le froc de bure d'un frère prêcheur. Particulièrement hostile à Richard, le dominicain abomine le métier des armes. Il reproche discrètement à son père d'avoir épousé en secondes noces une servante, Bellissent. Jeanne Darc est à Tours. La " bergère " au sang royal y est passée prendre livraison d'un harnois de guerre, avant de partir pour Poitiers pour y être examinée par des femmes devant certifier sa virginité. Rencontrant les Clairbois dans l'atelier de Montbazon, elle obtient de Richard qu'il participe aux actions qu'elle va mener contre les Anglais. Chemin faisant, Richard découvrira l'amour, la trahison d'un frère d'armes - Raoul de Bellegarde - l'angoisse et les périls des affrontements franco-anglais. Blessé au cours d'une échelade lors d'un assaut devant la muraille de Jargeau, il n'ignore point que, dans le sillage de celle qu'on nomme désormais la Pucelle, il prendra part à des batailles terribles sans pouvoir éviter les intrigues d'une cour hostile au futur roi de France : Charles VII. " Encore une hagiographie consacrée à Jeanne d'Arc ! " vont s'exclamer certains admirateurs de la célèbre guerrière en voyant ce livre. Eh bien, non. Ce tome I constitue l'exorde du quatrième et dernier cycle consacré aux ultimes convulsions de la Guerre de Cent Ans. Il est naturel que la Pucelle y occupe une place importante. Comme à l'accoutumée, dans une trame historique frémissante et soigneusement exacte, Pierre Naudin se fait le descripteur d'un conflit acharné lors duquel la Bourgogne et ses ducs jouèrent un rôle détestable, secondés par deux complices cousus d'or : Georges de La Trémoille et Regnault de Chartres.
Avatar de l’utilisateur
Ogier de Banterlez
Utilisateur moyen
Utilisateur moyen
Messages : 73
Inscription : 07 oct. 2010 14:14

Re: Romans médiévaux

Message non lupar Ogier de Banterlez » 13 févr. 2011 18:20

Super!
Je vai de ce pas enfourcher mon destrier et c'est à bride abattue que je vai me rendre chez un bon libraire afin d'acquérir ces bouquins.
Merci de l'info Prévôt
Ogier
Bohemond

Re: Romans médiévaux

Message non lupar Bohemond » 26 oct. 2011 15:17

Azincourt de Bernard Cornwell édité chez Michel Lafon :

Nicholas Hook n'y croyait pas, pourtant il a survécu au terrible siège de Soissons.
Il y a même sauvé la vie de la jolie Mélisande, menacée de viol par des soldats avinés. Ensemble, l'archer anglais et la jeune Française tentent de fuir les atrocités de la guerre. C'est oublier le roi Henri V, prêt à tout pour conquérir le trône de France, et le père de Mélisande, aristocrate arrogant et cruel qui préfère enfermer sa fille au couvent plutôt que de la partager avec un autre homme, à plus forte raison si celui-ci est anglais.
Le sort de Nicholas et Mélisande, comme celui de la France et de l'Angleterre, se jouera à Azincourt, lors d'une bataille épique à l'issue si surprenante que Shakespeare lui-même en tira une pièce.

Revenir vers « Bibliothèque »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité